+33 (0)9 70 44 84 64    |    info@sourcingtextileinde.com

Quelques idées pour la mode de demain.

Quelques idées pour la mode de demain.

Cela fait un moment que l’on se rend compte que le monde de la mode et son système de fast-fashion ne tournent pas rond. Le confinement, dans lequel le monde se trouve maintenant, nous laisse l’opportunité de nous poser des questions et de prendre des décisions pour améliorer le monde de demain.

L ‘idée de cet article n’est pas de pointer du doigt certains acteurs de la mode mais de montrer ce qui ne va pas et de tenter de trouver ensemble des solutions. En tant que bureau d’achat en Inde, nous sommes en contact quotidien avec des grandes enseignes, des marques et des usines et nous pensons donc avoir un rôle important dans cette réflexion à mener.


GRANDES ENSEIGNES –

Une chose est certaine: si les grandes marques ne changent pas immédiatement leurs fonctionnements et leurs conditions d’achats, il sera très difficile de faire changer l’industrie de la mode.

Le tableau ci-dessous nous montre les conséquences financières des annulations de commandes des « Big Players » sur les fabricants:

Source: LinkedIn

L’impact de ces annulations va avoir des effets dévastateurs sur les pays producteurs et donc sur les emplois. Une prise de conscience est urgente afin d’éviter le pire.

Ces grandes enseignes doivent dés lors changer leur fonctionnement pour améliorer l’industrie de la mode.

Agir de manière Ethique – Aller plus loin que des Audits tels que SEDEX ou BSCI pour justifier des pratiques éthiques et commencer à se tourner vers des labels de commerce équitable afin de s’assurer que tous les acteurs de la supply chain sont rémunérés justement.

Rallonger les cycles d’achats – Pour laisser plus de temps aux fabricants de produire et pour augmenter le cycle de vie des produits en magasin.

Revoir les Conditions d’achats – Il est inconcevable que ces marques annulent des commandes en cours chez les fabricants alors que ces derniers ont déjà payé les matières premières, les accessoires et en plus de devoir supporter de lourdes charges salariales.

Utiliser des matières bios et recyclées – Il est encore possible pour ces marques d’opter pour des productions responsables en utilisant des fibres bios ou des fibres fabriquées à partir de matériaux recyclés.

Payer des prix justes – S’assurer que les salariés et les fournisseurs des fabricants soient rémunérés justement. C’est aussi les politiques d’achats à bas prix qui font que les salaires minimums soient si bas dans les pays manufacturiers.

Améliorer la qualité des produits – Créer des produits durables en utilisant des tissus et procédés de meilleur qualité pour limiter le gaspillage des ressources.

Les grandes enseignes sont-elles prêtes à amorcer ces changements ?


MARQUES –

Les « petites marques » quant à elles sont aussi victimes des grandes enseignes car elles souffrent des politiques de prix agressives et ne peuvent pas rivaliser face à leur puissance marketing.

Cependant, elles ont aussi un rôle à jouer et peuvent même avoir un impact plus important que les grandes enseignes si elles se rejoignent dans le cadre d’une association pour une cause commune.

Les marques sont l’acteur central de l’industrie de la mode. Elles sont à l’origine des tendances et génèrent l’offre des boutiques ainsi que la demande auprès des fabricants. Ce sont elles aussi qui communiquent le plus et qui « éduquent » les consommateurs sur la qualité des produits ainsi que sur les standards de fabrication.

Quelques idées pour tenter de faire bouger les choses –

1- Communiquer sur la qualité des produits plus que sur le story-telling afin de montrer la différence entre les « petites marques » et les « grandes marques » de la fast fashion.

2- En tant que bureau d’achats en Inde, nous visitons souvent des usines dont les rapports d’audit montrent une trentaine de salariés alors qu’il y a plus de cent personnes présentes dans l’usine. Il faut trouver des solutions pour aller plus loin que ces audits. On pourrait réfléchir à mettre en place une certification des fournisseurs plus poussée que les certificats existants.

3- Renforcer les relations avec les fournisseurs et leur faire signer des chartes éthiques. Il ne s’agit pas de leur imposer mais d’échanger avec eux sur leurs contraintes en tant qu’usines et les besoins en tant que marque.

4- Continuer à se démarquer grâce à la création et l’utilisation de matières qualitatives.

5- Se tourner vers des matières durables et responsables en utilisant des certifications telles que OEKO TEX, GOTS, GRS ou FAIRTRADE.

6- Intégrer des techniques artisanales aux collections pour soutenir les savoir-faire et les économies locales.

7- Réduire la saisonnalité des produits pour étaler les commandes sur toute l’année et augmenter le cycle de vie des produits.

8- Géo-localiser les clients des sites internet, et les renvoyer vers les détaillants multi-marques présents dans leur localité (si possible) pour soutenir les centre-villes et les petits commerces.

Photo du centre-ville de Saint Brieuc. En 2018, 36% des pas-de-porte étaient innocupés – Photo : Julien Uguet / Journal des entreprises

9- Utiliser des packaging plus « propres » qui peuvent être réutilisables, biodégradables ou fabriqués à partir de matériaux recyclés.

10- Etablir des partenariats avec des ONG pour soutenir des causes qui nous semblent importantes.


LES FABRICANTS

Beaucoup d’usines ont prospéré et ont pu s’enrichir pendant toutes ces belles années. Elles ont aussi une part de responsabilité dans la situation actuelle et voici quelques points d’améliorations possibles .

1- Intégrer les marques aux plannings de production pour empêcher l’emploi de main-d’œuvre payée à la tâche ou à la journée.

2- Être plus transparent sur leur supply chain et en particulier sur les sous-traitants car il est encore commun de sous-traiter l’assemblage à des entreprises qui ne respectent pas les normes sociales.

3- En ces temps difficiles de crise du Covid19, supporter un maximum la main-d’œuvre qui a été employée pendant de nombreuses années en maintenant les salaires.

Des employés d’usines tentant de rejoindre leur village après l’annonce du confinement du 24 mars 2020 – Crédit photo : WaPo

4- Améliorer l’efficacité en employant un management qualifié afin de limiter les déchets, éviter le paiement de pénalités de retard, améliorer la productivité et donc réduire les coûts, afin de donner l’image d’une entreprise professionnelle.

5- De la même manière que les marques, les usines pourraient réinvestir une partie de leurs profits dans la responsabilité sociétale des entreprises (CSR) aux bénéfices de leurs propres employés et/ou pour des ONG locales.


Certaines de ces idées peuvent paraître utopiques.

Toutefois, il est certain que sans prise de conscience de notre part et sans action urgente, cela voudra dire que nous nous complaisons dans ce statut quo et sommes conscients des conséquences irréversibles que cela pourra avoir.

A propos de nous – Nous sommes Sourcing World Products (SWP). Basés à Paris et Delhi, nous accompagnons les marques et les entreprises dans leurs processus de sourcing et de fabrication de textiles, prêt à porter et accessoires en Inde. www.sourcingtextileinde.com 

Avatar
Nil est franco-indien et a fondé SWP en 2010.